Dîner Secret : interview de Stefan Leyshon, magicien

Dîner Secret : interview de Stefan Leyshon, magicien

Figure incontournable dans le monde de la prestidigitation, Stefan Leyshon est le digne héritier de Robert-Houdin, à qui il rend hommage avec ses Dîners Secrets. Rencontre avec un homme passionné, qui donne toutes ses lettres de noblesse à son art.

Vous êtes originaire du Pays de Galles. Dans quelle mesure la maîtrise de la langue anglaise vous a aidé dans le domaine de la magie ?

Stefan Leyshon : je suis né en effet au Pays de Galles. Etant bilingue et possédant la double nationalité, cela m’a servi à la fois pour me produire dans le cadre de soirées internationales, tout en revendiquant mes racines françaises pour rendre hommage à la magie hexagonale, qui demeure pointue et extrêmement raffinée. Cela s’est fait naturellement. De plus, j’ai toujours évolué dans un univers mystérieux, entre le pays de Galles qui est un pays énigmatique et mes attaches bretonnes, la forêt de Brocéliande, et sa part de mystère.

Comment avez-vous découvert l’univers de la magie ?

Stefan Leyshon : à l’âge de 4 ans, je parlais exclusivement anglais. C’est mon grand-père français qui m’a offert ma première boite de magie, baptisée « Les secrets du Maître Sorcier ». Je m’en souviens avec beaucoup d’émotion ! Elle est mythique, et chaque fois que j’ai la chance d’en retrouver une dans le cadre d’une brocante, j’en fais l’acquisition. Mon grand-père gardait la boite de magie à son domicile, et chaque fois que je lui rendais visite, nous apprenions ensemble un tour de magie. Nous avons inventé une « troisième langue », la magie. La prestidigitation est devenue un élément de communication à part entière et universel, entre un grand-père sexagénaire et son petit-fils. J’en ai conservé un vif souvenir, qui ne m’a jamais quitté et qui a construit mon approche de la magie, notamment l’émotion du geste magique, un côté sacré que j’essaie de conserver dans mon approche du métier.

Comment est né le concept des Dîners Secrets ?

Stefan Leyshon : je suis parti d’une double constatation. Je lisais depuis longtemps les ouvrages de Robert Houdin. Ce dernier attachait une grande importance au statut du magicien, à sa place dans la société. Jean-Eugène Robert-Houdin était très attaché au côté rénovateur et au respect du prestidigitateur. Il tenait à ce qu’il soit respecté, considéré comme une personne de grande valeur, qu’il soit invité à la table des grands de ce monde. C’est un aspect oublié de sa personnalité. Je voulais donc retrouver le caractère fascinant du magicien, personnage humain, ayant une responsabilité culturelle dans la société. Bref, je voulais lui redonner ses lettres de noblesse. J’en ai parlé à Katell qui m’a tout de suite donné son accord. Pour nous, il fallait de nouveaux lieux où pratiquer l’art de la magie. Un autre média que la télévision, le théâtre. Or, nous sommes missionnés depuis quelques années dans des grands hôtels, des palaces, pour d’importantes maisons de luxe. Mais ces lieux prestigieux n’accueillent jamais de magiciens, n’utilisent pas la prestidigitation comme outil de différenciation. Ces lieux respectent des codes complexes et précis. C’est le dernier endroit auquel on pense assister à un spectacle de magie. Pour réaliser ce rêve, Katell et moi avons établit une charte précise. Il fallait que les accessoires soient tous transparents, que la scène centrale soit visible à quelques centimètres des spectateurs, que le spectacle soit immersif. Nous n’utilisons pas de vidéoprojecteurs ou de machinerie théâtrale. Tous les accessoires et costumes sont fabriqués par des maisons de luxe françaises. Ce cahier des charges très précis n’a pas été sans conséquences, car je me suis heurté à des difficultés techniques pour réaliser mes tours avec ces contraintes. Malgré quelques périodes de découragement et les nombreuses difficultés, nous avons tenu bon, aidé par des amis magiciens comme Gaétan Bloom, Gérard BaknerSébastien Clergue et Alain de Moyencourt. Avec toujours cette idée en tête : « si Robert Houdin était encore vivant, comme procéderait-il ? ». Notre concept de Dîner Secret se veut comme un hommage au père de la prestidigitation moderne.

 

Quand le premier Dîner Secret a-t-il vu le jour ?

Stefan Leyshon : la première représentation fût très émouvante, car donnée seulement trois jours après le décès de Christian Fechner, producteur de cinéma connu pour son amour de la prestidigitation. A l’époque, nous n’utilisions pas le terme de Dîner Secret, mais de « Soirée Fantastique ». Nous étions en novembre 2008, dans les appartements de Philippe Model. Puis, la première version de Diner Secret a eu lieu le 3 juillet 2013 a l’Hotel du Louvre. Des confrères magiciens ont eu d’ailleurs eu la gentillesse de venir assister à ce test grandeur nature, à l’Hôtel du Louvre. Nous avons eu la chance de faire la couverture du Figaro à l’époque. Et enfin la version actuelle a ouvert le 1er octobre 2016 au Plaza Athénée.

Quel sont vos projets ?

Stefan Leyshon : les Dîners Secrets constituent désormais une marque de divertissement dédiée à l’hotellerie de luxe établie, qui est vouée à se décliner. Pour Katell et moi, elle doit dégager des valeurs d’innovation, de raffinement et d’exclusivit ». Les Dîners Secrets ont vocation à être une scène ouverte pour tous les artistes qui partagent ces valeurs.

Les Dîners Secrets mettent en scène Nao, un robot. Une conception inédite de la magie !

Stefan Leyshon : Robert Houdin utilisait à l’époque des automates. L’avenir de la prestidigitation, à mon sens, ce n’est pas la magie sur iPad, mais les robots humanoïdes ! Ils feront bientôt parti de notre quotidien, quel que soit l’endroit de la planète. Nous avons travaillé avec une équipe au développement d’applications magiques avec Nao. Sur scène, je nomme le robot « Anto-Nao », en hommage à l’automate qu’utilisait à l’époque Robert Houdin, Antonio.

Propos recueillis par Hervé Troccaz

Prochaines dates des Dîners Secrets au Plaza Athénée : 4 mars, 1 avril et 6 mai.

Site officiel Dïner Secret

Plus d’informations sur le Blog de la magie.

Crédits photos : Emmanuel Laborde, Magidprod

Share Button
Magicien H

Magicien illusionniste Lyon

Tel : 06 03 11 60 54
Mail : herve.troccaz(at)orange.fr
Nous suivre sur :    

Membre du Magic Circle / Member of the Magic CircleMagicien professionnel lyon

Le blog de la magie – Actualités

Magicien mentaliste pour un anniversaire dans le Beaujolais au château de Blaceret Roy Prestation de magie en ce premier août pour…

Vous recherchez un magicien mentaliste pour un anniversaire ? Demandez un devis via notre rubrique contact ! Magicien mentaliste dans l’Ain pour un anniversaire Prestation de magie…