Magicien Mentaliste illusionniste Lyon - Close-up, Séminaires d'entreprises, Mariage et spectacle Noël

Photographe à Lyon : interview d’Aurélie Raisin

Photographe à Lyon : interview d’Aurélie Raisin

Photographe professionnelle, Aurélie Raisin immortalise tous les événements de la vie : mariage, séminaires, naissances. Elle nous fait profiter de son expérience et de ses conseils pour choisir un bon professionnel. Rencontre.

Quel est votre parcours professionnel ?

Aurélie Raisin : après des études littéraires et une licence de Philosophie, mon orientation professionnelle a mis du temps à se dessiner. J’étais partagée entre : trouver un travail stable et sécuritaire ou me lancer dans une aventure artistique qui me semblait à l’époque tellement inenvisageable que je l’avais mise de côté. Et puis la vie m’a envoyée plusieurs signaux me ramenant tous à la photographie, comme si c’était écrit. C’est à ce moment là aussi que j’ai rencontré mon mentor/mon maître, le photo-journaliste et grand reporter, Jean-Luc Mège dont je suis restée l’assistante durant cinq ans. C’est avec lui que j’ai appris le métier, sur le terrain. Et puis un jour j’ai fini par voler de mes propres ailes.

Aurélie Raisin, photographe à Lyon

Comment est née votre vocation de photographe ?

Aurélie Raisin : j’ai véritablement commencé la photographie au Lycée, à l’époque mon professeur d’art plastique avait créé un atelier et des stages photo avec le photographe, artiste et galeriste Jacques Damez (Galerie le Réverbère 2 dans les pentes de la Croix Rousse). Je parle ici de photographie argentique car c’est par là que tout a commencé. J’ai adoré la magie du développement en chambre noir, le silence, l’ambiance, l’attente de la photo révélée. Il y avait une temporalité dans la photographie complètement différente que ce qu’on connaît aujourd’hui avec le numérique. C’était assez magique en fait!!! (clin d’oeil)

Aurélie Raisin, photographe à Lyon

Face à un secteur concurrentiel, comment vous démarquez-vous ? Quels sont vos atouts ?

Aurélie Raisin : j’espère que les valeurs que je défend à travers mon travail et mes images, sont ma façon de me démarquer. Jje ne cherche pas à céder à une tendance ou à un type d’image à la mode, les filtres, trucages, et autres retouches trop poussées ne font pas partie de ma façon de travailler. J’aime la simplicité, la sincérité, l’intemporalité, la vie. Si on veut une belle émotion et des images vivantes, je pense qu’on n’a pas besoin d’artifice. Mais pour ça il faut aimer sincèrement les gens. Mon sourire et ma bonne humeur sont mon arme secrète. C’est dans ma nature, je ne me force pas. Mais du coup je pense et que mes clients se sentent à l’aise très rapidement et peuvent se laisser porter en toute confiance.

Comment bien choisir son photographe de mariage ? Quel est le coût à prévoir ?

Aurélie Raisin : pour bien choisir son photographe je pense qu’il faut avant tout que son travail vous plaise, que vous soyez touché par une esthétique, une façon de regarder, et de raconter, que vous retrouviez dans le style qu’il propose. L’autre élément clé, il me semble, c’est que vous vous sentiez à l’aise avec lui, il faut se sentir en confiance, vous passez quand même presque toute la journée avec lui donc autant qu’il vous soit sympathique. Concernant la question du coût, en photographie de mariage il y a autant de tarifs que de photographes (moins de mille euros pour certains à plusieurs milliers d’euros pour d’autres.) Mais évidemment chacun propose un service et une offre différente. Souvent une personne débutante aura tendance proposer des tarifs plus attractifs qu’un photographe expérimenté mais ce n’est pas le seul critère, la question de l’art et du service entrent en considération également.
Je vais vous donner un exemple très parlant : on peut trouver une montre à 10 euros sur un marché et des montres de luxe issues de l’horlogerie suisse à plusieurs milliers d’euros. Pourtant il s’agit bien d’un objet pour donner l’heure dont on parle. La seconde offrira un bracelet d’exception, un savoir faire et des matériaux rares et de grande valeur, un très grand nombre d’heures de travail pour la confectionner…Le prix ne veut rien dire si on ne sais pas ce qu’il renferme. Pour ma part je propose différentes offres tenant comte de mes heures de présence le jour J et des supports choisis par les mariés, cela peut aller de 1400 euros à près de 2500 euros.

Aurélie Raisin, photographe à Lyon

Combien de temps faut-il vous contacter à l’avance pour organiser réserver un photographe pour son mariage ?

Aurélie Raisin : le plus tôt est le mieux, lorsque la date et le lieu de réception sont choisis vous pouvez rechercher un photographe, certains réservent plus d’un an à l’avance les premiers demandeurs ont plus de chance de tomber sur une date encore disponible.

Quelles sont les contraintes pour réaliser des photos de naissance ?

Aurélie Raisin : concernant les photos de naissance, il existe deux styles et deux façons d’aborder ce type de séance. Le « new born posing » qui consiste à prendre en photo le bébé généralement endormi dans un décor et avec des accessoires (panières, tissus…) c’est une spécialité extrêmement codée, et dans ce cas le bébé doit avoir moins de douze jours. Il faut véritablement s’adresser à une spécialiste pour ce type de séance. Ou bien le lifestyle: c’est un style qui correspond mieux à mes valeurs, c’est une façon d’aborder la séance en ambiance chez les gens, dans leur univers et pourquoi pas dans les gestes du quotidien. Cela correspond mieux à ma vision de la photo documentaire, réaliste et vivante. C’est plus personnel aussi.
Dans le lifestyle il n’y a pas de contrainte liée à l’âge du bébé. Préférez quand même une séance en matinée.

Photographe de naissance à Lyon, Aurélie Raisin

Quel est votre équipement photo ? Renouvelez-vous régulièrement vos appareils ?

Aurélie Raisin : aujourd’hui j’ai deux boitiers Nikon, (D700 et D750) et trois optiques un 24-70mm un 80-200mm et une focale fixe 50mm. Je pense investir dans une autre focale fixe dans quelques temps pour changer un peu mon regard et ma façon de travailler, me forcer à photographier différemment. J’achète généralement un nouveau boitier tous les 4 ou 5 ans.

Monica Bellucci photographiée par Aurélie Raisin

Quelles sont vos dernières réalisations ?

Aurélie Raisin : en ce mois de janvier je passe d’une cérémonie des voeux et une inauguration de locaux dans une entreprise à une séance nouveau né à domicile. Bref je ne m’ennuie pas !

Quels sont vos projets ?

Aurélie Raisin : en 2017 j’ai une envie qui me tient à coeur, consistant à proposer à mes clients des supports d’art d’exception pour leurs photographies. J’ai très envie de pouvoir proposer une sélection de cadres, de tirages d’art valorisés par un encadrement à la fois élégant et sobre pour pouvoir accrocher chez soi ses photos telles des oeuvres d’art. Renouer avec la valeur du tirage unique, la photographie d’art et en même temps faire en sorte que ce soit décoratif, que cela s’intègre bien dans un intérieur. J’ai envie de boucler la boucle en quelque sorte avec ce qui me plaisait tant dans la photographie lorsque j’ai débuté au lycée à savoir la photographie d’art. Je travaille sur ce projet en ce moment.

Propos recueillis par Hervé Troccaz

> Le site officiel d’Aurélie Raisin, photographe