Magicien Mentaliste illusionniste Lyon - Close-up, Séminaires d'entreprises, Mariage et spectacle Noël

La Brasserie Georges à Lyon

Brasserie Georges

LA « BG » : LA BRASSERIE QUI, D’UNE CERTAINE FAÇON, NE FAIT PAS CHOU BLANC.

La Brasserie Georges, un lieu mythique !

Brasserie Georges. Les habitués de l’établissement l’appellent « la BG » ou « la Georges ». Deux mots mythiques qui scintillent en grosses lettres face au complexe autoroutier de Perrache. Situé dans ce quartier, l’établissement revêt un caractère mythique, aussi bien par son décor Art déco que par son volume et le nombre de personnalités qu’il a vu défiler depuis sa création en 1836.
Les chiffres sont éloquents : 700 couverts peuvent être servis à chaque service. Le summum ayant été atteint le 10 décembre 2011, à l’occasion de la fête des lumières : plus de 2 500 couverts ont été servis ce jour-là !


La brasserie a été bâtie en 1836 par Georges Hoffherr, un brasseur émigré d’Alsace. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : l’emplacement de la brasserie, sur un terrain gagné sur les marécages de la confluence du Rhône et de la Saône, correspondait à l’étape des diligences sur l’axe Paris – Lyon – Saint-Étienne – Marseille. Le 1er juin 1857, la gare de Perrache a ouvert ses voies tout près de la Brasserie Georges. Autant de clients potentiels, attirés par une cuisine simple et un service rapide.
Un peu plus tard, le nécessité de production de la bière augmentant, bien au-delà du besoin de la brasserie de Perrache, la fabrique de la Brasserie Georges fut installée sur la première boucle du chemin de Choulans et fonctionna de 1884 à 1939. C’était, chaque année, plus de 15 000 hectolitres de bière Georges qui sortaient en tonneaux de l’usine sur des charrettes à cheval pour être distribués chaque matin dans toute la ville.

La construction de la Brasserie Georges, un défi architectural

La construction de la Brasserie Georges est un défi architectural : un plafond de 600 m2 est soutenu uniquement par quatre poutres en sapin, longues de 25 mètres, transportées de la Chartreuse et du Vercors par chariots à bœufs.

Le décor, à la fois sobre et aux motifs prolifiques, justifie à lui seul l’engouement. Dès votre arrivée dans le sas d’entrée, vous serez sans doute admiratifs devant les quatre vitraux de Lucien Bégule, maître verrier dont les ateliers se trouvaient aussi sur le chemin de Choulans, représentants à gauche, la géographie et la peinture puis à droite la sculpture et la musique. Il vous faudra, ensuite, lever les yeux pour admirer au-dessus du sas de la porte d’entrée l’imposante sculpture d’un lion symbolisant la ville. Un ensemble Art déco qui attire l’œil et confère à l’ensemble, certes un côté varié, mais aussi particulièrement singulier. Les murs sont habillés de marbre et le sol est en carrelage de fausse mosaïque constitué de motifs géométriques Art déco. On trouvera aussi deux enseignes Bière Rinck, datant des années 50, éclairées en fluorescence. Au-dessus d’une autre grande glace murale est inscrite la fameuse devise de la Maison : « BONNE BIÈRE ET BONNE CHÈRE DEPUIS 1836 ». Toutes les grandes baies vitrées, dont cinq à guillotine, datent des années 1930. Un des salons particuliers comporte des vitraux 1900 à décoration florale.
Si vous n’êtes pas pris d’un torticolis, admirez dans la salle centrale, au plafond, l’œuvre de Bruno Guillermin, de l’école de peinture de Lyon. Ces fresques représentent quatre scènes champêtres de grande dimension sur les thèmes de la moisson, des vendanges, de l’eau et de la bière, complétées par des motifs géométriques et de grands bouquets de roses. Les cinq lustres ont été fabriqués par les Forges de Vulcain. Ils pèsent chacun 250 kg et sont descendus à l’aide d’un treuil métallique, chaque mois, par quatre personnes qui en effectuent l’entretien.
Le menu proposé par la Brasserie se révèle à l’avenant : copieux et de bon goût. La maison est devenue célèbre en proposant ses deux grandes spécialités, choucroute et omelette norvégienne. En la matière, l’équipe est d’ailleurs détentrice du record du monde de la plus grosse choucroute. Record établi le 21 novembre 1986 et homologué au livre Guinness des records. Cette choucroute record s’est établie dans la salle du restaurant où 2 000 invités l’ont dégustée. Les entreprises partenaires ont construit, pour l’occasion, un plat de 8 m de long sur 1,20 m de large et pesant une demi-tonne, un système de chauffe-plats ainsi qu’une balance.
Enfin, nous ne pouvons pas ne pas évoquer l’agréable animation qui sera offerte par l’orgue de Barbarie aux convives d’événements familiaux. Un instrument à la fois haut en couleur et chaleureux.


Figure incontournable de la gastronomie lyonnaise, la Brasserie Georges a naturellement attiré de nombreuses célébrités depuis sa création. Parmi les personnalités les plus notables qu’aient accueilli les lieux, citons le mâconnais Alphonse de Lamartine, Émile Zola ou encore Antoine de Saint-Exupéry et Édith Piaf. En matière de qualité, la brasserie Georges connaît la chanson…

Magicien à Lyon, je me produits de manière très régulière à la Brasserie Georges, notamment pour des séminaires d’entreprises, comme par exemple pour le Crédit Agricole. Contactez-moi moi un devis !

Hervé Troccaz